Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

cicpa36.overblog.com

cicpa36.overblog.com

CitoyenNEs de l'Indre Contre le Projet de l'Ayraultport / Contact: cicpa36@voila.fr


NDDL: L’expulsion des opposants se prépare (Ouest france - 12.12.12)

Publié par CICPA36 / CitoyeNEs de l'Indre Contre le Projet de l'Ayraultport sur 12 Décembre 2012, 23:09pm

Catégories : #presse divers

Ce mercredi matin des violences qualifiées d’« inouïes » ont eu lieu contre les forces de l’ordre. L’expulsion des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été ordonnée par la justice. Elle ne devrait pas intervenir avant la fin de semaine.

Pas de retrait des forces de l’ordre

Le préfet de la région Pays-de-la-Loire, Christian de Lavernée, a indiqué que les forces de l’ordre pouvaient intervenir à tout moment si les occupants ne quittaient pas les lieux d’eux-mêmes, jugeant un retrait des forces de l’ordre inadmissible.

« La décision d’intervenir par la force n’est pas prise à ce stade. Mais elle peut-être prise à tout instant », a-t-il déclaré sur BFM-TV. Selon nos informations, elle est en cours de préparation et ne devrait pas intervenir avant la fin de la semaine.

Expulsion ordonnée

La décision du tribunal de grande instance de Saint-Nazaire d’expulser les opposants a été prise mercredi quelques heures après celle autorisant la démolition de leurs cabanes, construites sur place depuis la « manifestation de réoccupation » du 17 novembre.

Le président du TGI de Saint-Nazaire « ordonne l’expulsion de tous les occupants sans droit ni titres » présents sur la parcelle, « ainsi que l’évacuation de tous les matériels, véhicules et autres objets mobiliers leur appartenant », a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique dans un communiqué.

Les habitants de la Châtaigne dénoncent un passage en force

« Le principe d’une ordonnance sur requête est celui d’une procédure anonyme, sans débat contradictoire, » qui ne peut fonctionner que dans la mesure où les habitants ne sont pas identifiés, disent les occupants du site, soulignant que tous les habitants s’étaient officiellement identifiés.

« Dans ce contexte, tout recours à la force publique et expulsion constituerait clairement un passage en force sur le plan juridique et politique », ajoute un communiqué.

Les occupants disent que des recours juridiques vont être mis en place et que des rencontres réunissant 150 comités locaux auront lieu samedi et dimanche à Notre-Dame-des-Landes.

Un « guet-apens » ce mercredi matin

La décision d’expulsion des occupants de La Châtaigneraie a été communiquée par les services de l’Etat alors que deux « attaques violentes » des forces de l’ordre ont été signalées mercredi matin sur le site du projet de nouvel aéroport.

La préfecture écrit qu’un premier guet-apens a été tendu par une quarantaine d’individus, « les uns disposant une herse sur la route tandis qu’un autre groupe tentait d’attaquer les gendarmes à revers ».

Une heure plus tard, « une cinquantaine d’assaillants casqués et munis de boucliers, de frondes et de cocktails Molotov » se sont attaqués à un second peloton de surveillance, ajoute la préfecture, qui déplore ces actes de violence au moment où le gouvernement prône le dialogue.

Réactions politiques

Le président de la Région des Pays-de-la-Loire et du Syndicat mixte aéroportuaire Jacques Auxiette s’est indigné mercredi de ces violences, les qualifiant de « guérilla inacceptable ». « Ces attaques inadmissibles contre des représentants de l’ordre, chargés de maintenir la liberté de circulation, témoignent d’une nouvelle étape dans la logique de guérilla qui se déploie sur place face à l’état de droit », a dit Jacques Auxiette dans un communiqué, insistant sur la « violence inouïe » des actes.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes et partisan du projet de nouvel aéroport, a mis en place le 30 novembre une « commission de dialogue » et chargé trois experts de rendre un rapport dans un délai de quatre mois.

 

  Les occupants des cabanes de Notre-Dame-des-Landes sont désormais sans protection juridique.  Franck DUBRAY.

Les occupants des cabanes de Notre-Dame-des-Landes sont désormais sans protection juridique. Franck DUBRAY.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents